Le cap du domaine de Léoube

Les Echos Week-End raconte Léoube, le beau cap

Jean-Francis Pécresse nous livre de bien jolis mots sur le domaine viticole bio de Léoube, dans sa chronique du 15 mai 2020 dans Les Echos Week-End, dont on vous livre quelques extraits :

” C’est une terre antique de grands pins, de vignes nobles et d’oliviers râblés, s’étendant en pente douce, entre mer et collines, comme le rivage rêvé d’un pays de cocagne. […] […] De ces champs cultivés et de ses vastes pinèdes, un Lord de Sa Très Gracieuse Majesté, Anthony Bamford, héritier et bâtisseur de l’une des plus grandes fortunes du royaume, a fait une ferme modèle, un havre d’agriculture durable et respectueuse de l’environnement. Des sols travaillés, pas de pesticides ni de produits chimiques : les vignes sont cultivées selon les principes les plus rigoureux de l’agriculture biologique, avec pour horizon l’équilibre naturel de la plante. Ici, les moutons paissent librement entre les rangs de grenache et de cinsault, de syrah et de mourvèdre. C’est un berger du pays, au nom qui claque comme un titre de noblesse provençale, inspirant le profond respect comme l’attente de la plus haute exigence, qui veille sur le domaine viticole.

C’est un berger du pays, au nom qui claque comme un titre de noblesse provençale, inspirant le profond respect comme l’attente de la plus haute exigence, qui veille sur le domaine viticole. Romain Ott ne cherche pas l’exubérance de la Provence mais l’élégance de beaux terroirs de schistes et d’argiles, baignés de soleil et balayés par le mistral. Ses vins bio, même les rosés, ne sont pas seulement dessinés avec précision et plein d’éclat, ils ont une personnalité, une race parfois. Si la cuvée Secret impressionne par son ampleur et son allonge, le rosé du Château séduit par son équilibre très réussi entre finesse et structure. Le joli gras du vin est rafraîchi par des subtils parfums de pêche blanche et d’agrumes. Léoube tient le bon cap. ”

Extrait de l’article en ligne sur Les Echos Week-End.

A lire aussi